N’oubliez pas les paroles de Laurent Tulpan

Hier on a fait la connaissance d’Adrien Rouxel et dans la continuité de cette série, j’accueille le plus âgé ***Private Joke*** parmi les personnes qui ont ou seront interrogées sur ce blog : Laurent Tulpan (@Loran750).

D’après sa biographie Laurent propose ses services pour des besoins de rentabilité et pour améliorer la performance et le ROI de vos sites web.

Laurent, malgré un certain âge, s’est installé sur Twitter en 2010. Très présent sur ce réseau, Laurent a déjà partagé 14 500 tweets dont 367 avec photos ou vidéos. Laurent a également ajouté 169 tweets à ses favoris.

Laurent ne s’abonne pas beaucoup : seulement 106 abonnements mais est déjà suivi pas près de 1421 abonnés.

La phase des chiffres est terminée, on va passer aux lettres ! Place aux réponses de Laurent qui font suites à mes questions.

Laurent Tulpan

Laurent, 14 500 tweets c’est beaucoup quand même ? Tu es humain ? Rassure-nous ?

Dis Diégo, tu t’appelles Diégo, non ? Victor ? C’est un pseudo j’espère. Bon, je ne vois pas de « Bonjour Laurent, comment vas-tu, tu as passé une bonne journée ? Tu veux un verre pour te détendre, un cigare peut-être ? ».

Tu ne sais pas recevoir sur ton blog ? Bon dieu de bon dieu, tout se perd de nos jours !

Alors sinon, 14500 tweets, c’est beaucoup trop. Cela fait en moyenne 10 tweets par jour. Surtout pour raconter des conneries. Twitter me sert d’exutoire pour rythmer mon travail. Un bon mot par ci, une bêtise par là, une info par dessus. Et beaucoup d’auto-dérision. Certains ne comprennent pas, ou sont très -trop- 1er degré, trop névrosés. Détendez-vous !

Mais il y a bien pire : je suis suivi par plus de 1400 vraies personnes (je filtre les bots et faux comptes). J’avoue ne pas comprendre ce qu’elles attendent de moi. Soient ce sont des masochistes, soit elles aiment les bêtises que je raconte, soit elles attendent que je distille quelques bonnes informations sur le web, sur le référencement, et sur la façon de cuire les pâtes au fer à souder.

Si je suis humain ? J’avoue que parfois je n’en sais rien. J’aurai tendance à penser que non, vu l’amplitude horaire dédiée au travail, surtout ces deux dernières années. Beaucoup de projets web, beaucoup de travail, et un temps quotidien limité. Je rêve d’un espace-temps élastique : que 24 heures durent le temps de finir ce que j’ai prévu de faire.

Selfie Laurent Tulpan

Tu es le mieux placé pour expliquer Tweeter aux anciens… Comment expliquerais-tu cet outil à ma grand-mère ?

Chère Mère-Grand, une fois que le loup t’aura mangé, tu n’auras plus besoin de Twitter. Cependant, si tu arrives à envoyer rapidement un tweet aux 3 petits cochons pour les inviter à venir manger un bon repas, tu auras droit à un sursis. Ce sont eux qui seront dégustés par le grand méchant loup. Merci Twitter !

Voilà à quoi sert Twitter : à envoyer un message à durée de vue* (et de donc de vie) limitée, potentiellement lu par des internautes faisant partie de ta zone d’influence :

  • ceux qui suivent ton compte, les « followers »
  • ceux qui échangent et discutent avec toi (en »reply » ou réponse)
  • ceux qui suivent des sujets via des « hashtags » (mots-clés)

* de quelques dizaines de minutes à pas plus de 2 ou 3 heures.

Tu fais parties des acteurs réputés, en France, dans le domaine du SEO : qu’est ce qui t’anime dans ce métier ?

En effet, je fais partie du TOP 1 des meilleurs référenceurs de France. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Google qui le proclame haut et fort. Le mot « modestie » a été ajouté dans le dictionnaire sur demande de ma part, c’est pour dire !

Je travaille dans le monde du web depuis le début des années 2000, je me souviens c’était un jeudi matin et je voulais bouffer le monde. Enfin, bouffer le concurrent de mon client. C’était si facile à l’époque :)

Parallèlement, je suis consultant en système d’information depuis 2002. Donc ces 2 expériences me confèrent un certain recul dans la perception du web, des projets web et de Google en particulier. En effet, je ne suis pas un « pur » référenceur SEO. Je suis manager de projet, touchant aussi bien au niveau technique (j’étais développeur multi-langages) que métier ou fonctionnel (ceinture noire de Word et d’Excel 3ème Dan).

Ce qui m’anime dans ce métier ? L’incertitude et le combat quotidien pour les 10 chanceux d’une thématique pour atteindre la 1ère page et la garder. Cela me fait beaucoup rire, car c’est un sport que certain SEO gagnent haut la main. Parce qu’ils savent quelque chose que la plupart des autres ne savent pas : comment faire un site internet « Google-compliant » (ou compatible Google). Loyal ou déloyal, en suivant les règles ou un pied sur la tête d’un pingouin, l’autre dans la tronche d’un panda. Le principal c’est d’y être et d’y rester à un coût de ressources (humaines, techniques, financières) raisonnables. Le reste n’a aucune importance.

Tu as déjà préconisé Twitter chez un de tes clients ? Si oui, réussite ou échec ?

Twitter pour un client ? Pas beaucoup. Par contre je l’inclus de base dans mes prestations avec ou pas l’implication du client. Pour beaucoup, j’automatise la publication multi-plateformes et je centralise via des outils les « signaux issus des différents canaux sociaux ». Pour la simple et bonne raison que Twitter nécessite un investissement, une présence et une stratégie digne d’un service client et qu’il faut assumer.

Un compte Twitter non dynamique est un compte Twitter mort. Avec ses followers. Si un client ne prévoit pas à terme d’y consacrer du temps (relation client), autant éviter. Cela me fait penser à cette enseigne américaine qui a fermé son compte Facebook : elle y a gagné en réactivité et en qualité de la relation client, car ce qu’elle ne passait plus sur ce réseau social, elle le passait en direct.

Donc ni échec ni réussite. En tout cas pas d’échec, au vu du temps et des moyens consacrés.

Toute la journée on échange, on parle de SEO, on discute sur Twitter et sinon tu fais quoi en sortant du travail ?

En sortant de mon travail :

  • je jure comme un charretier parce qu’il est encore trop tôt pour que je quitte mon travail,
  • je vais chercher mes 2 plus belles réussites de ma vie,
  • je joue au « Grand Méchant Loup », au « Chat et à la Souris », au « ça va je te laisse gagner », à la balançoire, à « mince il est tard, on rentre ? Non ? peu importe c’est moi qui décide ! »
  • et plus tard, bien plus tard, dans la soirée, je continue à travailler, car quand on est gérant … bla bla bla … oui je sais ce n’est pas une excuse. Mais il faut bien avancer.

Une phrase de fin en 140 caractères (hashtag et photos inclus) c’est possible ?

Non. On est pas sur Twitter, j’ai pas cette p*** de limite qui m’empêche de dire ce que j’ai envie de dire. o_O. Oh wait, tu m’as bien eu !

Ajouter un commentaire

7 Commentaires

  1. Merci Victor pour m’avoir ouvert tes colonnes pour que je puisse m’exprimer librement.
    Sympa l’idée de ces interviews décalées pour promouvoir des personnes au delà de son propre cercle d’influence, cela permet de découvrir du monde qu’on ne connait pas forcément.

  2. Sympa en effet ces interviews ca permet de voir la tete des gens – perso je le croyais plus jeune Laurent alors que si ca se trouve il est encore plus vieux que moi.

  3. Laurent

    Alors là c’est totalement inacceptable Julien (Le Juge).
    J’ai fait mandater un huissier de justice (le même que pour le Tribunal Pénal International, vu que tu résides au Canada) pour relever ces propos d’une violence inouïe.
    Supputer que je serais plus vieux ? C’est un scandale !

  4. Ben fait peter la date de naissance – on saura si t’es plus vieux ou non – c’est pas comme si c’etait difficile a verifier

  5. Si je peux me permettre cette citation tirée de l’article : « Laurent, malgré un certain âge, s’est installé sur Twitter en 2010. »
    le cher Juge n’a rien à se reprocher ici.
    Cordialement,
    Bisous.

  6. Laurent

    Julien, tu n’as à peine qu’une année de moins que moi. Adultes, ce n’est pas significatif voyons ;)
    Niko, certes… mais c’est là qu’il devient plus vieux que moi. Donc on revient à égalité.

  7. Fred

    Bande de jeune, l’âge C’est dans la tête… Faut bien se rassurer

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires.
Votre email ne sera pas publié.

Subscribe without commenting